La postérité Outre-Atlantique du mutuellisme – Proudhon et le Mutuellisme, Partie 17

Le Mutuellisme individualiste en amérique

 

Si, en Europe, le mutuellisme devient un courant très marginal, le mutuellisme va être renouvelé en Amérique par une diversité de théoriciens tels que William Greene, Benjamin Tucker et Lysander Spooner.

 

Description de cette image, également commentée ci-après
Josiah Warren (1798-1874)

Josiah Warren, fondateur de l’anarchisme américain

S’il ne se considérait pas comme un anarchiste (il se définissait comme un oweniste), Josiah Warren est perçu comme l’initiateur du mutuellisme et de l’anarchisme aux Etats-Unis.

A la suite de Robert Owen, Warren va tenter de créer plusieurs communautés utopiques ; de 1827 à 1830, il dirige un magasin à Cincinnati utilisant des chèques de travail et ne faisant pas de profits.

De 1851 à 1864, Warren organise la communauté de Modern Times, qui atteint 126 habitants en 1860 ; elle était fondée sur l’emploi de chèques de travail, la liberté individuelle et l’autosuffisance. Néanmoins, l’incapacité de maintenir cette dernière et la guerre civile américaine mettent un terme à l’expérience. Les idées de Josiah Warren, mêlées aux théories de Proudhon, influencent beaucoup le mouvement anarchiste individualiste américain.

Les mutualistes américains : William Greene, Lysander Spooner, Benjamin Tucker

Wbg-masonicportrait.png
William Greene (1819-1878)

William Greene est directement influencé par Proudhon ; il prend la défense du mutuellisme dans son ouvrage le plus connu, Mutual Banking (1850). Lysander Spooner est un autre théoricien influencé par Proudhon, dont il fait une interprétation individualiste ; il est favorable à la constitution de communautés préindustrielles de petits propriétaires, indépendantes.

 

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/3b/BenjaminTucker.jpg

Benjamin Tucker (1854-1939)

Le principal représentant du mutuellisme américain reste néanmoins avant tout Benjamin Tucker, qui tente de faire la synthèse de Warren, Proudhon et Marx. Il définit sa pensée comme un « socialisme individualiste ».

Tucker est favorable au libre-marché ; vis-à-vis de la question de la propriété du sol, il est favorable au principe « d’occupation et d’utilisation ».

Il applique son individualisme au champs de la lutte politique : il se montre favorable à la désobéissance individuelle et critique les organisations syndicales de masse comme susceptibles de se bureaucratiser.

Tucker définit notamment le « Big Four », les quatre monopoles de l’Etat :

  • Le monopole sur la monnaie ; Tucker étant favorable aux monnaies locales et alternatives ;
  • Le monopole sur le sol ; défendant le principe d’ « occupancy & use », Tucker refuse à l’Etat sa propriété sur le sol ;
  • Les tarifs ; le protectionnisme, en laissant les compagnies nationales augmenter les prix des biens pour les consommateurs, a un effet majoritairement négatif. Il se prononce donc en faveur du libre-échange qui tire vers le bas les prix sur le marché.
  • Le monopole sur les brevets et la propriété intellectuelle. A l’image de Proudhon, Tucker est critique de la propriété intellectuelle.

Benjamin Tucker a grandement influencé Kevin Carson, l’un des principaux représentants contemporains du mutuellisme.

Le mutuellisme proudhonien a eu un impact fondamental sur le left libertarianism américain ; dans un sens relativement inverse à l’évolution de la théorie en Europe, où les mutuellistes se sont rangés en majorité du côté du collectivisme, le mutuellisme américain s’est dirigé vers un individualisme radical, favorable au libre-marché.

Bibliographie :

DROZ, Jacques, Histoire du Socialisme, Presses Universitaires de France, Paris, 1972

DAMIEN, Robert, « Présentation » de Qu’est ce que la Propriété ?, Librairie Générale Française, 6ème édition, Paris, 2016

PROUDHON, Pierre-Joseph, Qu’est-ce que la Propriété ?, Paris, 1840

PROUDHON, Pierre-Joseph, Système des Contradictions Economiques, Paris, 1847

PROUDHON, Pierre-Joseph, Déclaration de la Banque du Peuple, Paris, 1849

PROUDHON, Pierre-Joseph, De la Justice dans la Révolution et dans l’Eglise, Paris, 1858

CARSON, Kevin, The Homebrew Industrial Revolution, a low overhead manifesto, Booksurge, 2010

CARSON, Kevin, Studies in Mutualist Political Economy, 2004

GREENE, William, Mutual Banking, Gordon Press, New York, 1974

TUCKER, Benjamin, Individual Liberty, New York, 1926

< La première internationale – Proudhon et le Mutuellisme, Partie 16
Les réémergences du mutuellisme au XXème siècle et conclusion – Proudhon et le Mutuellisme, Partie 18 >

Un commentaire sur “La postérité Outre-Atlantique du mutuellisme – Proudhon et le Mutuellisme, Partie 17

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s