La Commune de Basse-Californie (1911)

Drapeau rouge des insurgés du PLM, avec la devise : « Terre et Liberté »

Carte de la Basse-Californie

Aussi connue sous le nom de « rébellion magoniste », la commune de Basse-Californie fut une tentative d’établir un territoire libre anarcho-communiste durant la révolution mexicaine (1910-1920).

I/Le contexte historique

Porfirio Diàz (1830-1915)

De 1876 à 1910, le Mexique était gouverné par le régime autoritaire et oligarchique de Porfirio Diàz, président réélu six fois à la tête du pays.
En plus de l’autoritarisme du régime, plusieurs phénomènes économiques poussèrent à la révolution : la concentration de la propriété de la terre dans les mains d’une minorité de grands propriétaires, l’effondrement du pouvoir d’achat des salariés, la crise américaine de 1907, la sécheresse des années 1908-1909, et l’augmentation des impôts sur l’ensemble de la population.

Il y eut très tôt une multiplication de l’opposition : dès 1887, une révolte fut organisée à Mazatlàn par Heraclio Bernal, qui demandait le rétablissement de la constitution libérale de 1857, ignorée par Porfirio Diàz.
En plus de l’opposition libérale, des révoltes indigènes éclatèrent en 1891 et en 1900.
Du fait de la répression contre les opposants politiques, de nombreux libéraux mexicains s’établirent aux États-Unis, où ils se radicalisèrent au contact des socialistes et anarchistes américains.
En 1908, Porfirio Diàz déclara qu’il ne comptait pas se présenter aux élections présidentielles de 1910, et qu’il était favorable à la constitution d’un parti d’opposition.

Francisco I. Madero (1873-1913)

Cela généra une forte agitation au Mexique, où plusieurs groupes politiques se furent créés. Le parti démocratique et les « reyistes », si ils ne s’opposaient pas à la réélection de Diàz, voulaient néanmoins remplacer le vice-président Ramòn Corral, incompétent notoire, par le général Bernardo de Reyes. L’évincement de Reyes par Diàz lui-même mena les reyistes et le parti démocratique à rejoindre l’autre principale formation politique d’opposition à ce moment : le « Centre Antiréélectionniste », soutenant la candidature à la présidence de Francisco I Madero contre Porfirio Diàz.
Madero devint très vite populaire ; il voulait le retour à la constitution de 1857.

Quelques jours avant les élections, Madero fut arrêté et mit en détention au motif qu’il montait l’opinion publique contre le président en place. Porfirio Diàz fut réélu avec plus de 97% des voix, ce qui était une fraude électorale évidente.
Assigné à une résidence surveillée, Madero parvint à s’échapper pour rejoindre ses partisans dans le nord, avec lesquels il élabora un programme révolutionnaire. Des révoltes sporadiques éclatèrent à la fin de l’année 1910 ; il fallu attendre les mois d’Avril et Mai 1911 pour voir la transformation de la révolution en un mouvement de masse. La guerre civile débuta dans les provinces frontalières du nord du Mexique.

II/Les magonistes et le Parti Libéral Mexicain

Ricardo Florès Magòn (1873-1922)

Ce fut le 6 Août 1900 que Ricardo Florès Magòn fonda le périodique d’opposition « Regeneraciòn ». Avant cela, Magòn avait déjà participé à des actions contre le régime Porfiriste ; il avait contribué par exemple à la publication du journal d’opposition « Le démocrate ».

Le premier numéro du journal Regeneraciòn

Magòn fut condamné à plusieurs reprises du fait de ses critiques du gouvernement. Arrêté à trois reprises, il partit en 1904 au Texas pour reprendre la publication de son journal. Il échappa en 1905 à une tentative d’assassinat commanditée par les porfiristes.
En 1906, lui et six autres opposants au gouvernement fondèrent le Parti Libéral Méxicain, dont le « Manifeste-Programme » fut distribué à plus de 500.000 exemplaires.

Plusieurs des membres fondateurs du PLM

En contact avec des membres de l’IWW (« Industrial Workers of the World », un syndicat révolutionnaire américain fondé en 1905), Magòn devint progressivement anarchiste.

Le PLM fut entre 1906 et 1909 lié à de nombreuses grèves ouvrières au Mexique ainsi qu’à plusieurs insurrections. Ce fut en 1908 que Magòn commença à se revendiquer ouvertement anarchiste. Cela causa une rupture avec les libéraux du PLM qui se rangèrent du côté de Madero.

Dans le cadre de la révolution mexicaine, les magonistes se désolidarisèrent des libéraux maderistes.

III/La commune de Basse-Californie

José Marià Leyva (1877-1956)

Insurgés dans la ville de Mexicali. L’homme au centre, habillé en blanc, est William Stanley, membre de l’IWW. À sa droite se tient Simon Berthold.

« Il faut, donc, aller droit au but : prendre la terre et les instruments de travail pour qu’ils soient à tous. Et il faut comprendre aussi, qu’aucun gouvernement ne pourra accomplir ce miracle, parce que les gouvernements sont les représentants de la bourgeoisie. Nous devons, nous les déshérités, prendre possession de ce qui nous appartient, au moyen de la force ». (Regeneraciòn du 15 Avril)

Le 29 Janvier 1911, 30 insurgés magonistes dirigés par José Marià Leyva et Simon Berthold pénétrèrent dans la ville de Mexicali en Basse-Californie. Ils sont épaulés par la population de la ville.

L’objectif des magonistes était de prendre le contrôle de la province frontalière pour établir une base d’appui et de ravitaillement pour les autres groupes insurgés à l’intérieur du pays.
Après la capture sans résistance de Mexicali, plusieurs autres villes frontalières furent investies par les magonistes.

Insurgés magonistes dans Tijuana

En Mars, les combattants du PLM attaquèrent à deux reprises Tecate sans pouvoir la prendre. Parallèlement 200 rebelles marchèrent sur la ville d’El Alamo et la capturèrent. Simon Berthold mourut dans les affrontements. Plus tard, William Stanley fut tué dans des escarmouches près de Mexicali.

La coordination entre mexicains et américains fut compliquée, du fait notamment des préjugés nationalistes ; la présence de volontaires américains de l’IWW dissuada une partie de la population locale à soutenir les magonistes.
Fin Avril, 126 magonistes occupèrent Tecate sans rencontrer de résistance, avant d’être attaqués le 2 Mai par des troupes gouvernementales.
Le 8 Mai, les insurgés partirent en direction de Tijuana, dont le contrôle était perçu comme stratégique pour ensuite pouvoir avancer sur la ville d’Ensenada.

Carte de la rébellion magoniste

Les seuls mexicains qui participèrent à la prise de Tijuana. Les magonistes reçurent un soutien de la part des américains de l’IWW. Sur les 500 rebelles qui prirent part à la révolte, plus d’une centaine furent des volontaires américains.

Tijuana fut capturée le 10 Mai, et le 13 la ville de San Quentin fut investie à son tour.

Les magonistes tentèrent de mettre en place un système basé sur les théories anarcho-communistes de Kropotkine, mais le manque de volontaires et le manque de munitions mena à la stagnation de la révolte (Les États-Unis cherchèrent à entraver le soutien de l’IWW aux magonistes mexicains. Ricardo Florès Magòn et son frère Enrique furent arrêtés par la police américaine le 14 Juin).
Le 21 Mai, Madero obtint la démission de Porfirio Diàz et devint le nouveau président du Mexique. Il prit la décision de mettre un terme à la révolte en Basse-Californie. Les insurgés de Mexicali se rendirent le 17 Juin ; tandis que les 155 combattants magonistes présents à Tijuana furent attaqués par 560 soldats et miliciens du gouvernement fédéral maderiste.

IV/Épilogue

Ricardò et Enrique Magòn en 1917 à la prison de Los Angeles

La commune de Basse-Californie fut évacuée fin Juin.
Plus tard, Magòn fut condamné à 18 ans de prison pour son « manifeste contre la guerre impérialiste » (Une dénonciation de la première guerre mondiale) et fut assassiné dans sa cellule en 1922.

Bibliographie :

-Anonyme, « The mexican revolution », Organise !, 2011, n°77, p38-47
-Anonyme, « 6 Juin 1911 : l’écrasement de la commune libertaire de « Tierra y Libertad » au Mexique », Rebellyon.info, 6 Juin 2018, disponible sur : https://rebellyon.info/Ecrasement-de-la-commune
-John Newsinger, 2017, « Solidarity and the fighting IWW », Londre, 71p.

Un commentaire sur “La Commune de Basse-Californie (1911)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s