La Région Autonome du Sinminbu (1929-1931)

Carte de la Mandchourie dans les années 30

I/De 1895 à 1919 : Le contexte de la colonisation de la Corée

La fondation de la commune de Shinmin en 1929, ayant pour but l’indépendance Coréenne et l’installation d’une société à caractère anarchiste dans la péninsule, est un évènement qu’il faut replacer dans un contexte assez large, celui de l’occupation progressive de la Corée puis de la Mandchourie par le Japon.

La mainmise japonaise sur la Corée débuta à l’issue de la guerre Sino-Japonaise de 1894 à 1895, qui, se concluant par une victoire de l’empire nippon, lui permit d’étendre son influence sur le continent asiatique. Très en retard, la Corée était alors un royaume archaïque en plein déclin. Profitant de la faiblesse de la dynastie régnante, l’empire Japonais força le royaume à accepter un protectorat en 1905, avant de l’annexer tout simplement en 1910 avec le traité dit d’ « Hanil Hapbang Nengyak », dans lequel le roi coréen Sunjong fut forcé de céder son trône à l’empereur Meiji.

Le roi Sunjong (1874-1926), dernier monarque de Corée

Une politique coloniale très dure fut mise en place par le Japon, qui entreprit l’exploitation de l’économie de la péninsule. L’impérialisme économique et culturel nippon (Imposition du Yen comme seule monnaie valable, expropriations des agriculteurs coréens), ainsi que ses politiques racistes et brutales (Déportations de populations, travaux forcés, politique des femmes de réconfort…) furent à l’origine d’une forte volonté de résistance, ainsi qu’un exode massif de la population vers les provinces frontalières de la Mandchourie, où diverses bandes armées « antijaponaises » se surnommant « armées vertueuses » se constituèrent. Elles comptèrent à leur apogée quelques milliers de combattants.

Dans un premier temps les groupes indépendantistes défendirent un programme politique modéré visant à la restauration d’une monarchie constitutionnelle ; mais le mouvement du 1er Mars mena les indépendantistes à opter pour des solutions plus radicales : républicanisme, communisme, ou encore anarchisme.

Photographie d’une manifestation lors du soulèvement du 1er Mars

Le soulèvement du 1er Mars 1919 fut le premier mouvement de résistance de masse contre l’occupation Japonaise. Il se solda par une répression féroce, avec plus de 7000 contestataires tués, de nombreux emprisonnements et des destructions importantes. Ce soulèvement, tout en propageant et renforçant au sein du peuple Coréen la volonté d’indépendance, avec la formation à Shanghaï le 11 Avril 1919 d’un gouvernement provisoire nationaliste et antijaponais, permit également la large propagation des théories anarchistes et communistes, qui vinrent concurrencer rapidement les autres

Les campagnes militaires du gouvernement provisoire de 1919 à 1920

Kim Jwajin (1889-1930). Son nom de plume était « Baekya » ; il est également parfois surnommé le « Makhno coréen ».

Soldats de « L’armée du bureau militaire nordique » fondé par Kim Jwajin

En 1919, le gouvernement provisoire coréen, basé à Shanghaï et soutenu par le Guomindang (Parti nationaliste) chinois, donna au jeune général Kim Jwajin un soutien financier pour établir un « bureau militaire nordique » et une armée destinée à la lutte contre le Japon. Le 20 Octobre 1920, fut remportée par Kim Jwajin la bataille de Cheonsan-Ri, où plusieurs détachements nippons tombèrent dans une embuscade.

En décembre 1920, Kim Jwajin, devenu commandant en chef des armées indépendantistes, dû se replier en Russie à Alexeevsk. Le gouvernement soviétique, voulant éviter tout conflit avec les japonais, força alors les indépendantistes au désarmement.

Les indépendantistes n’eurent plus la possibilité de relancer de nouvelles campagnes militaires après celle-ci ; car en Mandchourie la clique du Fengtiang, dirigée par le seigneur de guerre Zhang Zuolin, s’affirma. Ce dernier collabora avec le japon jusqu’à sa mort en 1928 pour réprimer les mouvements indépendantistes coréens.

II/Du 1er Mars 1919 à Août 1929 : la multiplication et le renforcement des organisations anarchistes coréennes

Kim Jongjin (1900-1931)

Les années 20 virent le renforcement de la perception de l’anarchisme comme une méthode de lutte anti-coloniale viable, doublée d’une théorie politique permettant de poser les bases de l’organisation de la société coréenne après l’obtention de son indépendance.

L’anarchisme se renforça également en Chine et au Japon ; et la répression anti-anarchiste et anti-coréenne s’accrut en réaction. Par exemple, lors des tremblements de terre de Tokyo de 1923, les immigrants coréens et les anarchistes furent accusés de profiter de la situation pour empoisonner les puits et d’être les auteurs des incendies qui ravageaient alors la ville. Des militants anarchistes furent arrêtés, avec par exemple Park Yeol et Kaneko Fumiko qui furent accusés de préparer un attentat contre l’empereur et éxécutés.

Kaneko Fumiko et Park Yeol. Ce dernier était un nationaliste coréen avant de devenir anarchiste et nihiliste.

Durant les années 20, un certain nombre de militants nationalistes coréens déclarèrent leur adhésion aux théories libertaires, à l’exemple de l’historien Shin Chaeho, qui rédigea en Janvier 1923 la « Déclaration de la Révolution Coréenne », dans laquelle les théories anarchistes de Kropotkine furent couplées à un programme de lutte anticoloniale (Kropotkine était l’auteur anarchiste occidental le plus influent au sein des organisations libertaires asiatiques). Shin Chaeho participa également à la fondation de la Ligue Anarchiste Coréenne en Chine en Avril 1924 avec Kim Jongjin.

Shin Chaeho (1880-1936). Il devint anarchiste sous l’influence de Li Shizeng.

Li Shizeng (1881-1973), l’un des « quatre aînés » (avec Wu Zhihui, Zheng Renjie et Can Yuanpei, qui étaient également anarchistes) du Guomindang.

Le 14 Juin 1928 fut fondée à Shanghaï la Fédération Anarchiste Orientale, visant à regrouper les anarchistes chinois, japonais, coréens, taiwanais, vietnamiens et indiens dans une même organisation. Shin Chaeho était le délégué des groupes coréens. Il fut arrêté par la police japonaise pour une tentative de fraude qui visait à financer les anarchistes de la Fédération Orientale. (Shin Chae-Ho mourrut de maladie durant sa peine de prison).

Lee Hoejeong. Issu d’une famille noble, il devint anarchiste en contact de Kim Jongjin. Il dépensa la totalité de sa fortune pour soutenir les indépendantistes, participa à l’établissement de la région autonome de Shinmin. Ayant échappé à la répression, il sera arrêté par la police japonaise en 1932 ; il se suicida pour éviter la prison.

En 1925, Kim Jwajin retourna en Mandchourie organiser les mouvements de partisans clandestin antijaponais.

III/D’Octobre 1927 à Juillet 1931 : La préparation et la réalisation de la Région Autonome de Shinmin

Membres fondateurs de l’Association Populaire Coréenne en Mandchourie

Quartier général de Kim Jwajin dans la région de Mudanjiang

En Octobre 1927, Kim Jongjin contacta Kim Jwajin, et lui proposa de mettre en place un projet de territoire libertaire en Mandchourie consistant en un système de villages ruraux autonomes et fédérés.
L’objectif premier de ce projet était de réorganiser la vie économique des fermiers immigrés coréens en Mandchourie, qui vivaient dans des conditions précaires, soumis aux propriétaires terriens chinois.
Le 21 Juin 1929, la Ligue Anarchiste Coréenne en Mandchourie fut fondée à Hailin, puis le 17 Juillet 1929, la Fédération Anarchiste Coréenne en Mandchourie fut créée. L’objectif de ces organisations était l’application concrète de ce plan. Elles furent ensuite incorporées dans la « Société unie de tout le peuple coréen » ou « Association du peuple Coréen en Mandchourie », qui fut l’organe administratif par lequel le Sinminbu (Le « Nouveau Gouvernement Populaire » supervisé par Kim Jwajin) put réorganiser l’économie locale. Deux autres territoires autonomes de partisans nationalistes existaient en Mandchourie à cette période, l’un étant le Chamuibu (Le « Quartier général », le long du fleuve Yalu) et l’autre étant le Jeonguibu (Le « Gouvernement vertueux ») dans la province de Jilin et du Fengtian.

Cartes de la situation en Mandchourie dans les années 30. Le territoire supervisé par le Sinminbu est indiqué en rouge, celui par le Chamuibu en bleu, et celui du Jeonguibu en vert.

L’association du peuple coréen en Mandchourie souffrit de difficultés économiques.

Les assemblées de village nommaient des délégués aux assemblées de districts et de zones ; et les délégués de ces districts et zones formaient l’Association Générale. Celle-ci était chargée de composer des comités destinés à répondre aux problèmes soulevés en matière d’agriculture, d’éducation, de propagande, d’économie, de santé, d’aide sociale… Le comité militaire fut formé avec Kim Jwajin à sa tête. Kim Jongjin fut chargé des questions de propagande et d’agriculture ; Lee Eugyu était chargé des questions d’éducation.

Les membres de l’administration recevaient un salaire équivalent à celui d’un ouvrier moyen.

Les comités agricoles avaient une importance majeure, la région étant dominée par une paysannerie pauvre, qui, dans les plaines fertiles de Mandchourie dominées par la culture des céréales (dont notamment le riz), avait besoin de moyens importants pour améliorer sa production à un niveau qui aurait permis l’autosuffisance de la commune. Des moulins capables de moudre de larges quantités de boisseaux de riz furent construits dans certains villages pour leur donner une indépendance vis-à-vis du commerce extérieur.
L’économie était aux mains des coopératives locales et des fermes collectives.

Pour permettre l’autodéfense des communes contre le banditisme et les communistes, une « Unité de Sécurité » (Chiandae) fut mise en place. Pour préparer la lutte contre les japonais, une « Unité de guérilla Antijaponaise » fut également établie.

Yu-Rim

Des agents staliniens commencèrent à cette époque à faire de l’agitation contre les anarchistes. Des infiltrés japonais autant que communistes cherchèrent à assassiner les principales figures du mouvement anarchiste en Corée. Deux factions divisèrent la Ligue Générale des Coréens ; tandis qu’un premier groupe prit le parti de Kim Jwajin, qui préconisait de se concentrer sur la réalisation de l’indépendance coréenne avant de combattre l’influence des marxistes-léninistes coréens, russes et chinois, une autre faction regroupée autour de Yu-Rim estima impérative la lutte contre les communistes.

Le 24 Janvier 1930, Kim Jwajin fut assassiné par un agent staliniste alors qu’il travaillait dans une coopérative. Il fut remplacé à la tête du comité militaire par Lee Peng-Hai.

Les communistes au nord et les troupes japonaises au sud commencèrent à se renforcer pour réprimer la commune.

En Juin 1930, la Fédération Anarchiste Coréenne en Chine décida d’allouer la totalité de ses fonds au soutien du Sinminbu.

Le 11 Juillet 1931, Kim Jongjin était assassiné à son tour.

L’incident de Mukden du 18 Septembre 1931 sonna le glas de la commune avec l’invasion japonaise de la Mandchourie. La ligue générale des coréens fut bientôt dissoute et les activités anarchistes retombèrent dans la clandestinité.

IV/Épilogue

Les anarchistes n’eurent plus qu’un impact anecdotique pendant tout le reste de la guerre de 15 ans, qui, débutant avec l’invasion de la Mandchourie en 1931, ne se terminera qu’en 1945 avec la capitulation du japon à l’issu de la campagne américaine du pacifique et l’invasion soviétique de la Mandchourie.

Yu-Rim, l’un des rares survivants, fonda le Parti Indépendant des Ouvriers et Paysans dans le sud. Il participa au mouvement pacifiste coréen et alla en Octobre 1948 à Paris à la Conférence Anarchiste Mondiale. À sa suite, les anarchistes en Corée du Sud s’organiseront autour du militant anarcho-pacifiste Ha Ki-Rak, qui sera critiqué pour ses alliances avec les nationalistes.

Au nord, les anarchistes seront purgés par le régime de Kim Il-Sung, à l’exemple de Kim Won-Bong, exécuté en 1968.

Statue de Kim Jwajin en Corée du Sud

3 commentaires sur “La Région Autonome du Sinminbu (1929-1931)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s